Les activités de langage Montessori : bien plus que la lecture et l’écriture

LES ACTIVITÉS DE LANGAGE MONTESSORI : BIEN PLUS QUE LA LECTURE ET L’ÉCRITURE

Lorsqu’on parle d’activités de langage Montessori, on pense évidemment au développement du langage oral, à la lecture et à l’écriture. Mais elles couvrent bien plus de choses, dont certaines auxquelles on ne pense pas forcément, surtout si l’on n’est pas enseignant ou éducateur. Nous allons donc explorer les différents objectifs des activités de langage de la pédagogie Montessori, traditionnellement proposées entre 3 et 6 ans. Sur ce point évidemment, cela dépend des enfants. Certains abordent les ateliers les plus complexes plus tard, ce qui n’est absolument pas grave. Toutefois, la période sensible du langage écrit est plus précoce que ce qu’on imagine généralement. Il est donc dommage d’attendre la traditionnelle classe de CP pour commencer l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Même si c’est déjà initié en grande section de maternelle, cela ne va pas très loin et c’est regrettable car de nombreux enfants aimeraient aller plus dans le détail, dès ce moment-là. Si vous n’y avez pas été spécifiquement formé, vous n’avez peut-être pas en tête tout ce que représente l’apprentissage du langage. Nous allons donc traiter ce sujet ensemble et je vais vous expliquer en quoi les activités de langage Montessori vont bien au-delà de la lecture et de l’écriture.

Avant de continuer, si vous préférez écouter le podcast de cet article ; par exemple en faisant vos tâches ménagères ou pendant un trajet en voiture, je vous invite à cliquer sur le lecteur ci-dessous :

Les activités de langage Montessori visent d’abord le langage oral, la lecture et l’écriture

Même si le champ que représente l’apprentissage du langage est très vaste, il est évident que les premiers objectifs directs des activités de langage Montessori sont le développement du langage oral, de la lecture et de l’écriture

Évidemment le langage oral se développe dès la naissance. Cela va se prolonger quand l’enfant manifeste un intérêt pour l’écrit, les symboles et qu’il montre une envie de lire ou d’écrire. 

Parfois cela se voit quand il se met à tracer des traits de gauche à droite sur une feuille et vous dit qu’il a écrit. Ou bien il suit du doigt les lettres dans un livre qu’il connaît par cœur. Avec notre fille qui a bientôt 4 ans, nous voyons qu’elle entre dans la période sensible du langage écrit, car elle suit du doigt les touches de la télécommande et dit lentement « A-l-i-é-n-o-r » en décomposant les sons. Elle a reconnu qu’il y avait des lettres sur les touches et fait donc semblant de lire, même si ce n’est pas écrit « Aliénor » ! 

si votre enfant entre dans la période sensible du langage alors vous pouvez commencer a lui présenter des activités de langage Montessori

En l’observant ainsi dans la vie quotidienne, je me dis que c’est le moment d’engager plus sérieusement le travail sur la conscience phonologique et toutes les activités de préparation à l’écrit. Le but est de pouvoir lui présenter assez rapidement les lettres rugueuses. 

Voilà donc le genre de signes que vous pouvez repérer pour savoir si votre enfant est dans la période sensible du langage écrit. À partir de là, les activités Montessori permettent de développer la lecture et l’écriture, ce qui est un objectif important. On pourra notamment utiliser le matériel des lettres rugueuses, l’écriture dans un plateau de sable, les dictées muettes ou l’écriture spontanée. 

Les activités de langage Montessori développent la conscience phonologique et le sens musical

Avant de viser l’écriture et la lecture, chronologiquement on a en réalité un autre objectif. On démarre avec le développement de la conscience phonologique. L’enfant doit être capable de distinguer les différents sons, par exemple entre [ t ] et [ ch ] ou même plus compliqué, entre [ t ] et [ d ]. Il faut aussi pouvoir identifier les sons dans un mot et reconnaître celui du début, du milieu ou de la fin. Dans le mot « car », est-ce que mon enfant entend [ k ] ? Est-ce qu’en plus de savoir dire le mot, il peut distinguer 3 différents sons et les identifier ? Tout cela, c’est la conscience phonologique. Ce travail prend du temps et cela va de pair avec le travail autour du sens musical, qui permet de développer l’écoute en parallèle. 

Avec la conscience phonologique, on s’intéresse seulement à l’articulation du son produit, à sa forme. Est-ce que c’est un [ a ] ou un [ p ] ? Avec le sens musical, on s’attache aussi à la hauteur du son (aigu, grave, etc.), au rythme, au timbre. Un même morceau joué au piano ou au violon sonnera différemment par exemple.

Le travail sur la conscience phonologique et celui sur la musique vont souvent ensemble, car cela correspond à la même étape de développement chez les enfants. C’est donc le bon moment pour les introduire à l’éveil musical et à la beauté de la musique.

L’expression personnelle est encouragée dans les ateliers de langage Montessori

Les activités de langage Montessori ont un objectif assez négligé dans l’Éducation nationale, il s’agit de l’expression personnelle. Ce n’est pas un hasard si on commence l’apprentissage de l’écriture avant celui de la lecture dans la pédagogie Montessori. 

On travaille d’abord énormément sur le vocabulaire pour permettre aux enfants d’avoir beaucoup de mots à leur disposition. On considère que ce que l’enfant a à dire est important et qu’il doit pouvoir l’exprimer. On va donc lui donner le moyen de le faire, à l’oral d’abord puis à l’écrit. Accorder de l’importance au message qu’il a à nous transmettre est une manière de respecter l’enfant en tant que personne. On l’écoute, on le lit et on le pousse aussi à lire les écrits des autres. On le pousse à exprimer ce qu’il a en tête et dans son cœur. C’est fondamental. 

À ce propos, je trouve dommage d’attendre le collège pour encourager les adolescents à réfléchir, à exprimer leurs opinions et ce qu’ils ressentent. Par ailleurs, on fait souvent faire de petites rédactions aux enfants du primaire. Mais cet exercice reste tellement contraint que je trouve qu’il n’y a pas tellement la possibilité de s’exprimer personnellement la plupart du temps. Je trouve donc très beau que les activités de langage de la pédagogie Montessori encouragent et permettent l’expression personnelle.

À travers l’écriture spontanée et grâce au grand alphabet mobile, l’enfant va pouvoir composer des mots même si sa main n’est pas prête à écrire. Avec des lettres (généralement en bois), il peut former des mots et des phrases qu’il aime ou simplement exprimer ce qu’il souhaite. Cela va ensuite continuer avec l’apprentissage de l’écriture « classique » sur papier. On encourage l’enfant à écrire par exemple son prénom ou ceux de proches et à les décorer pour valoriser sa production écrite. 

L’expression personnelle est encouragée dans les ateliers de langage Montessori

La grammaire, la structure syntaxique et le vocabulaire enrichissent la pensée et l’expression de l’enfant

La grammaire, la structure syntaxique

En plus de l’importance accordée à l’expression personnelle et aux productions écrites de l’enfant, il existe une autre grosse différence entre Montessori et le système classique. Il s’agit de l’importance accordée à la grammaire et à la structure syntaxique. 

En pédagogie Montessori, on considère que la grammaire est une aide à la lecture et à l’écriture. On va donc l’aborder très tôt, en commençant notamment avec les natures de mots (qu’est-ce qu’un nom, un verbe, etc.). Le but est de permettre à l’enfant de mieux comprendre ce qu’il lit et de s’exprimer correctement.

Cette grammaire sera vue de façon très plaisante et concrète, avec des petites histoires. Par exemple, on raconte que le pronom est un grand monsieur très prétentieux. Il est représenté par une grande pyramide, haute et pointue. L’idée est que le pronom à lui tout seul prétend remplacer tout un tas de choses. 

Prenons un exemple : « Le petit chat noir dans le jardin dort. Il dort. ». Dans la 2de phrase, le pronom est sacrément prétentieux, il remplace « le petit chat noir dans le jardin ». 

En calcul on pose la structure du système décimal. Dans le langage, on pose la structure de la phrase (les natures de mots, etc.) pour que l’enfant puisse mieux s’exprimer, mieux se faire comprendre et comprendre les autres dans toute la richesse de leur pensée.

Le vocabulaire

Le développement de l’expression personnelle, de la grammaire et la structure syntaxique vont de pair avec l’expression des nuances. Lorsqu’on a davantage de mots à sa disposition, des mots plus précis, notre vision du monde change et s’affine. Comme avec les activités de vie sensorielle Montessori, le langage va aussi permettre une compréhension plus fine du monde.

Je lisais récemment des mangas coréens et je me suis dit que c’est incroyable comme le langage façonne la pensée. La manière que les personnages (en réalité des Coréens) ont de s’exprimer à différentes personnes fait passer beaucoup de choses. Là où le français est beaucoup plus pauvre, les Coréens ont tout un tas de nuances. Si on s’adresse à un frère aîné, un homme plus âgé dans sa famille ou bien à une personne dont on est proche, on l’appelle « oppa ». Pendant les études, il y a aussi un terme spécial quand on s’adresse à un étudiant plus avancé dans son cursus universitaire. Tout cela fait que la notion de hiérarchie, de place par rapport à autrui, est toujours mise en avant en Corée. On n’a pas ce genre de mots ni ces nuances pour s’exprimer vis-à-vis des autres en français. 

Chez d’autres peuples, tout est orienté en fonction du nord, du sud, de l’est et l’ouest. Ces personnes passent leur temps à s’exprimer et à s’orienter par rapport aux points cardinaux. Elles ont donc un sens de l’orientation incroyable ! 

Tout cela pour dire que la richesse du vocabulaire que l’on propose enfant, dès l’apprentissage du langage oral, est fondamentale. La pédagogie Montessori insiste sur l’importance de placer les enfants dans un bain de langage riche, précis, concret, avec beaucoup de nuances. Cela permet un développement du vocabulaire exceptionnel chez les enfants et cela favorise aussi une pensée plus riche, subtile et nuancée. Qui ne le souhaite pas pour ses enfants ?

Les champs lexicaux sont abordés dès les 1res activités de langage Montessori

En plus du travail sur le vocabulaire, on va proposer un travail complémentaire aux enfants, celui sur les champs lexicaux. Dès tout petit, on leur présente des paniers d’objets qui appartiennent à une même catégorie, par exemple des vêtements, des objets de la cuisine, des objets jaunes, etc. Pourquoi procéder ainsi et ne pas présenter les objets un par un pour enrichir le vocabulaire de l’enfant ? En les regroupant par catégorie, on commence à travailler les champs lexicaux

les paniers d'objet une activité de Montessori permettant de développer le vocabulaire

Dans notre cerveau, un tee-shirt est relié au pantalon et aux chaussettes, car ils appartiennent tous à la catégorie des vêtements. Ce n’est plus un mot ou un point isolé, on le lie aux autres vêtements ou aux notions de manche, de col, etc. Lorsque le vocabulaire est ainsi ordonné dans notre cerveau par catégorie, par réseau lexical, il s’enrichit puisque tout est connecté. 

Tout ce travail se fait donc à l’oral avec les paniers de langage pour les tout-petits et on continue avec les images classifiées. Les images sont classées selon certaines catégories. Vous aurez des images d’instruments de musique, d’outils, de fruits et légumes, etc. L’enfant va d’abord apprendre ces mots à l’oral avec ce matériel puis à l’écrit grâce aux billets de lecture associés. Tous ces mots qu’il va apprendre seront ainsi structurés dans le cerveau.

Vous avez peut-être le souvenir de commentaires de textes réalisés au Lycée ou plus tard ? À cette occasion, on travaillait justement le champ lexical. On repérait dans le texte les différents mots rattachés à un concept. Ce travail préparatoire s’opère donc dès l’âge de 6 mois ou 1 an en pédagogie Montessori. 

Les activités de langage mettent en place la notion de chronologie et la logique

Le dernier objectif que j’aborderai concernant les activités de langage Montessori est la notion de chronologie et de logique. Pour un jeune enfant, c’est très compliqué de comprendre les notions comme hier, aujourd’hui, demain, avant, après, etc. Cela se construit sur la durée, jusqu’à l’âge de 8 ou 9 ans. Les activités de langage Montessori vont justement participer à l’apprentissage de la chronologie, notamment au travers des images séquentielles. 

Les images séquentielles sont à la base un support de langage pour faire parler l’enfant, mais on les utilise aussi pour remettre les images dans l’ordre. Cela permet de mettre en place la notion de chronologie et de logique. 

Ce travail est fondamental pour l’apprentissage du langage, car on ne peut pas écrire un mot sans anticiper l’ordre des lettres et leur positionnement spatial. Pour écrire un mot de 3 lettres comme « car », on doit d’abord écrire la 1re lettre que l’on identifie dans le mot à gauche. Puis la 2e lettre au milieu et la dernière tout à la fin, à droite. 

Cet apprentissage de la chronologie et de la logique est donc essentiel, car il aide à structurer la notion de temps ainsi que la représentation spatiale du temps. Dans notre culture, on écrit de gauche à droite et notre représentation temporelle suit le même sens. On construit des frises du temps avec le passé à gauche et le futur à droite.

Structure le temps est un point important dans l'apprentissage du langage avec la pédagogie Montessori

Évidemment, tout cela sera différent pour une langue qui s’écrit de droite à gauche et il faut y faire extrêmement attention. On ne mettra pas les images séquentielles en partant de la gauche si on est dans un environnement arabophone, hébraïque ou japonais. On les positionne alors à partir de la droite vers la gauche.

Les objectifs des activités de langage Montessori

Les grands objectifs des activités de langage Montessori sont bien évidemment tournés en premier lieu vers le développement du langage oral, la lecture et l’écriture. Ensuite, on va trouver le travail autour de la conscience phonologique et de l’éveil musical. Troisièmement, on a l’expression personnelle. On vise aussi la grammaire et les structures syntaxiques. L’objectif est également d’affiner les champs lexicaux. Enfin, on a pour but de travailler la chronologie et la logique. 

Comme celles de vie pratique et de vie sensorielle, les activités de langage oral vont bien sûr contribuer à améliorer les fonctions exécutives de l’enfant ainsi que des facultés telles que l’attention et la concentration ou encore le contrôle inhibiteur. 

J’aurai pu en rajouter encore beaucoup à propos des activités de langage Montessori, car c’est très riche ! Mais je tenais déjà à vous ouvrir peut-être un peu l’esprit aux activités autres que la lecture et l’écriture dont on parle tout le temps. Ce sont des objectifs majeurs dans notre système académique. Mais il y a bien d’autres choses derrière et si vous ne deviez en retenir qu’une, ce serait vraiment de faire travailler aux enfants l’expression personnelle. C’est souvent l’aspect le plus négligé alors que c’est important, surtout dans notre société. Par ailleurs, si vous souhaitez en apprendre davantage à propos de la pédagogie Montessori et avoir l’occasion de discuter avec d’autres familles partageant cette envie, je vous invite à rejoindre notre accompagnement à la parentalité et à l’IEF Montessori.

Formation langage Montessori 3-6 ans
Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.