La rotation des jouets façon Montessori

La rotation des jouets façon Montessori

Vous avez déjà fait du tri dans les jouets de vos enfants mais ils en ont encore beaucoup trop ? Vous les voyez papillonner de jouet en jouet sans passer plus de dix minutes sur chaque ? Ils ne savent plus à quoi jouer alors que leurs étagères croulent sous les jeux ? La rotation des jouets façon Montessori est peut-être la solution qu’il vous faut !

Je suis tombée il y a quelques mois sur une émission américaine de télé-réalité, Consumed, dont le principe m’a interpellée : dans chaque épisode, une famille qui se retrouve “consumée/consommée” (petit jeu de mots dans le titre en anglais) par ses possessions matérielles vide sa maison, accepte de se séparer de 80% de tout ce qu’elle avait, et rentre dans sa maison enfin habitable. Le principe peut paraître extrême mais les situations sont extrêmes aussi et les 80% sont souvent facilement atteints.

Dans l’un des épisode, on voyait un enfant dont la chambre était absolument remplie de jouets : il y en avait partout, dans les étagères et les placards évidemment, mais aussi dans des piles de caisses réparties un peu partout. L’enfant disait qu’il n’arrivait pas à dormir, qu’il faisait des cauchemars et qu’il avait peur des monstres, car dans la pénombre les piles de caisse prenaient des formes fantasmagoriques.

Les parents de cet enfant pensaient évidemment bien faire : ils voulaient lui offrir tout ce dont il pouvait rêver, peut-être aussi qu’ils compensaient de longs horaires de travail par des cadeaux matériels, leurs intentions étaient bonnes, mais le résultat catastrophique. Après le processus de désencombrement, le petit garçon témoignait qu’il pouvait enfin passer de bonnes nuits et qu’il était beaucoup plus heureux, alors qu’il venait pourtant de se séparer des quatre cinquièmes de ses jouets.

C’est pourquoi je vous encourage vraiment à limiter le nombre de jouets de vos enfants. Sans en arriver à ce cas extrême, on sous-estime souvent l’impact que cela peut avoir sur leur développement et plus simplement leur bien-être.

Mais alors quel est le principe exact de la rotation des jouets, inspirée de la rotation du matériel dans la pédagogie Montessori ? Il est très simple : on ne laisse qu’un petit ensemble de jouets à la disposition de l’enfant et régulièrement (tous les jours, toutes les semaines, tous les mois… nous en reparlerons un peu plus loin), on remplace ces jouets par une nouvelle sélection et on continue ainsi à faire tourner les jeux, d’où le nom de rotation des jouets.

Etagère de nido avec rotation des jouets

Les avantages de la rotation des jouets.

1. Plus d’espace pour circuler… et jouer !

Quand une chambre est remplie de jouets, c’est l’agacement qui domine : on n’a plus de place pour rien, ni pour dessiner, ni pour jouer, ni pour faire le fou ou danser. Quand on est parent, rien de pire que de ne pas savoir où mettre le pied sans risquer de marcher sur un Lego, ou de ne plus pouvoir faire le ménage parce qu’il y a trop de choses par terre.

Peut-être que chez vous tout est soigneusement rangé sur des étagères mais que ce sont les étagères qui débordent. Dans ce cas, les enfants ne peuvent plus prendre les jouets de leur choix sans en renverser d’autres ou les étaler par terre et le résultat est le même : du bazar partout et des enfants frustrés qui finissent par ne même plus essayer de jouer.

2. Un regain d’intérêt pour les jouets.

Observez bien les enfants autour de vous : plus ils ont de stimulations de toutes sortes, moins ils parviennent à se concentrer. Si vous multipliez le nombre de jouets, votre enfant risque avant de tout de papillonner et de disperser son attention. Il va passer d’un jeu à l’autre, en choisissant de préférence les plus colorés ou les plus bruyants, ceux qui lui demandent le moins d’efforts. Incapable de se concentrer, il sera aussi incapable de tirer le moindre profit de ce qui l’entoure, d’apprendre de nouvelles choses et de découvrir son environnement.

enfant qui s'ennuieIl risque aussi de s’ennuyer et franchement, rien de plus frustrant qui vous dit d’un air geignard “Maman, je m’ennuie, je sais pas quoi faire…” devant des étagères pleines de jouets (que celles qui n’ont jamais dit “je n’ai rien à me mettre” devant un placard plein lui jettent la première pierre !). Ce n’est pas qu’il n’a pas de quoi jouer, mais qu’il n’a pas ce dont il a besoin : des jouets accessibles, faciles à sortir et utiliser, avec de l’espace pour y jouer.

Cela peut paraître contre-intuitif, mais si vous limitez le nombre de jeux en accès libre pour un enfant, il sera étonnamment beaucoup plus intéressé par ce avec quoi il peut jouer et il se concentrera beaucoup mieux sur chaque activité.

Et alors qu’il ne jouait plus du tout à certains jeux, il y a fort à parier que l’attrait de la “nouveauté” suffise à renouveler son intérêt lorsqu’ils réapparaîtront sur les étagères. Pour l’enfant, c’est comme s’il recevait sans cesse de nouveau cadeaux !

3. Une chambre mieux rangée.

Si vous avez des enfants parfaitement méticuleux et ordonnés, que leur chambre est toujours impeccablement rangée, tant mieux pour vous ! (Peut-être aussi qu’ils passent par leur période sensible de l’ordre, une période précieuse mais malheureusement passagère, je ne voudrais pas être rabat-joie mais cela risque de ne pas durer.)

Si ce n’est pas le cas, l’explication la plus probable est que leur chambre est trop difficile à ranger parce qu’il y a trop de choses, avec trop de petites pièces différentes, et que chaque chose n’a pas une place bien définie et accessible.

chambre bien organisée

Une place pour chaque chose, et chaque chose à sa place !” Vous avez sûrement déjà entendu cette expression… On ne peut pas attendre d’un enfant qu’il soulève une pile de jeux de société pour en glisser un en-dessous. La conséquence, ce sont des piles branlantes qui s’effondrent.

L’idéal est le système Montessori, où chaque objet est disposé à sa place sur une étagère. On peut aussi envisager un rangement vertical pour certains jouets comme les puzzles ou les jeux de société, ce qui permet d’en sortir un sans bouleverser tous les autres.

J’évoquerai d’autres astuces pour faciliter le rangement dans la toute dernière partie de cet article.

La rotation des jouets, Montessori ou non ?

On entend beaucoup parler de cette fameuse rotation des jouets Montessori, mais quel est le lien exactement entre ce système de rangement d’une chambre et la pédagogie Montessori ?

Ne cherchez pas dans les livres de Maria Montessori elle-même, vous n’y trouverez jamais cette expression. Et pour cause, Maria Montessori s’intéressait à l’éducation des plus démunis, des enfants handicapés mentaux aux enfants pauvres du quartier ouvrier où elle implanta sa première Casa dei Bambini, sa “Maison des enfants”.

Pas vraiment le type d’enfants qui auraient trop de jouets pour être contenus dans une seule chambre…

Mais alors, me direz-vous, quel est le rapport entre la pédagogie Montessori et la rotation des jouets ?

En fait ce principe de rotation a démarré dans des écoles Montessori, car dans certains domaines, comme la Vie pratique ou ce que l’on appelle suivant les écoles la Culture ou la Découverte du monde, le matériel possible est incroyablement riche et varié. Il serait impossible de tout faire tenir dans une seule salle de classe !

La rotation du matériel de Vie pratique Montessori.

Rien qu’en ce qui concerne les activités de préparation culinaire, les possibilités sont sans fin : au-delà des activités les plus courantes comme faire du pain, tout est envisageable et cela évolue bien sûr en fonction des saisons. On pourra par exemple proposer aux enfants de couper des fraises ou d’épépiner des raisins suivant la période de l’année.

Au-delà des fruits et légumes qui doivent autant que possible rester de saison pour aider les enfants à percevoir les différents cycles de pousse des plantes, le grand nombre d’activités possible a poussé de nombreux éducateurs à les faire tourner pour permettre aux enfants de s’exercer à toutes sortes de tâches culinaires, domaine qu’ils aiment souvent tout particulièrement.

tartine beurre-confiture

Quelques idées en vrac : couper une pomme en quartiers, servir le thé en hiver, de la citronnade en été, moudre des épices, écraser des coquilles d’oeuf au pilon pour placer dans le compost, faire des tartines avec du beurre ou de la confiture…

Mais beaucoup d’autres choses en Vie pratique gagnent à être variées, en particulier pour augmenter un peu la difficulté d’un travail : l’enfant peut commencer par transvaser des pois chiches à la cuillère, puis passer à des graines plus fines comme des lentilles. Il peut travailler sa motricité fine avec une pince pour attraper des choses de plus en plus fines (une idée intéressante que j’ai repérée il y a peu de temps : retirer les graines d’une fleur de tournesol géant avec une pince, ce qui dépend évidemment de la saison).

De même pour le travail de motricité globale sur la ligne : l’enfant commencer par apprendre à marcher sur la ligne, de différentes façons, puis en portant un plateau. Le plateau est tout d’abord vide, puis on rajoutera dessus un objet plat, une balle, un verre d’eau etc. pour augmenter le niveau de difficulté.

La couture aussi se prête très bien à une rotation progressive : une fois que tous les enfants ont appris à faire un noeud et à passer le fil dans l’aiguille, on peut passer au point avant et à des points de plus en plus difficiles, ou alors faire d’autres propositions comme de tracer le contour d’une forme géométrique ou d’une feuille du cabinet de botanique sur du tissu puis de broder sur le contour ou à l’intérieur.

Quant à la Culture, vous imaginez bien que l’on ne peut pas résumer un domaine aussi vaste sur une seule étagère !

La rotation des activités culturelles Montessori.

cours de géographie

Même si on fera attention à conserver des activités générales, par exemple sur les continents dans leur ensemble, on peut proposer aux enfants d’approfondir un sujet particulier pendant quelques mois : l’Antarctique, les religions, la Préhistoire, les vêtements à travers le temps et à travers le monde… Les sujets sont sans fin !

On peut aussi prévoir durant certains moments de l’année des activités spécifiques, par exemple sur les différentes traditions de Noël ou de Pâques, sur les changements de saison, sur des fêtes locales traditionnelles (je pense à la Saint Patrick en Irlande, la Saint Nicolas dans l’Est, la Saint Martin en Allemagne et la Sainte Lucie en Scandinavie) ou historiques (nos jours fériés comme le 14 juillet ou le 11 novembre sont difficiles à aborder avec les plus jeunes, et encore, mais dans d’autres pays, c’est beaucoup plus facile, comme pour le Jour de l’unité allemande, qui commémore la réunification du pays).

Il est important de commencer par ce qui est le plus proche de l’enfant et de son environnement immédiat : sa famille, sa ville, son pays ; tout en lui apportant, surtout après 6 ans, une vision globale du monde et de son histoire, en l’ouvrant à d’autres cultures et d’autres façons de vivre.

Maria Montessori était d’ailleurs convaincue que c’était le meilleur moyen d’instaurer une paix durable entre les nations : éduquer les enfants à la paix en leur apprenant à se connaître les uns les autres.

Faire tourner le matériel peut donc répondre à plusieurs raisons :

    • proposer un nouveau niveau de difficulté pour l’enfant (comme pour la couture) ;
    • adapter les activités aux saisons ou à la période de l’année (exemple de la cuisine ou des fêtes locales) ;
  • approfondir un sujet culturel spécifique pendant quelques mois.

Le prolongement du principe de rotation à la maison.

Il est donc naturel que cette idée de faire tourner les activités ait été reprise à la maison où nous avons souvent encore moins d’espace que dans une salle de classe !

Etagère de vie pratique Montessori
Étagère de vie pratique Montessori : il y aurait beaucoup plus de choses sans la rotation du matériel !

Pour les personnes qui, comme moi, appliquent la pédagogie Montessori chez elles avec leurs enfants, l’avantage, même si l’espace est réduit, est que nous n’avons pas besoin de maintenir un matériel sorti une fois que notre ou nos enfants s’en désintéressent. Dans une classe, il y a toujours un enfant qui a besoin de travailler telle ou telle activité, alors que chez soi on peut la ranger et la remplacer par une autre, plus adaptée aux nouvelles compétences et aux nouveaux intérêts de l’enfant.

L’espace de travail peut donc s’adapter en permanence aux besoins de l’enfant, ce qui est au coeur de l’environnement préparé dont parle Maria Montessori : on ne peut pas changer un enfant, mais on peut intervenir sur son environnement pour le guider et lui fournir la “nourriture” dont il a besoin.

Quant aux jouets, il est encore plus facile de les faire tourner car, contrairement au matériel Montessori, chaque jeu ne répond pas spécifiquement à un besoin donné dans le développement de l’enfant, il n’a pas été conçu après de longues expérimentations pour susciter l’intérêt et faciliter l’acquisition de nouvelles compétences : le jeu permet d’apprendre beaucoup de choses bien sûr mais il est là avant tout pour permettre un divertissement.

L’enfant n’a donc pas besoin de répéter un jeu encore et encore comme cela peut être le cas avec le matériel Montessori, les enjeux ne sont absolument pas les mêmes. Et l’on peut donc mettre en place une rotation, simplement pour conserver l’intérêt des enfants.

En particulier lorsque l’on a une famille nombreuse (4 enfants chez nous), chaque enfant a plus ou moins “ses” jouets, adaptés à ses goûts et son âge, mais les jouets disponibles à un moment donné sont donc multipliés par le nombre d’enfants ! La rotation des jouets devient alors vite indispensable…

Comment mettre en place la rotation des jouets ?

J’espère vous avoir convaincue de l’intérêt de la rotation des jouets pour préserver votre propre santé mentale et l’organisation de votre maison. Mais vous vous sentez sans doute débordée devant l’ampleur de la tâche, sans trop savoir par où commencer.

Je ne vais pas rentrer dans tous les détails ici car j’explique absolument tout étape par étape dans ma formation en ligne Aménager sa maison Montessori, mais voici quelques principes de base pour vous guider :

Classer les jeux en différents lots.

Les lots de notre rotation des jouetsNe placez dans un lot que le nombre de jeux que vous êtes prête à ramasser chaque jour s’ils se retrouvent étalés sur le sol (en particulier si vous avez des tout-petits, ou alors le nombre de jeux que l’enfant un peu plus grand est capable de ranger tout seul dans un temps raisonnable.

L’objectif : ne plus jamais marcher sur un Lego en vous relevant pendant la nuit !

Personnellement, je recommande de bien réfléchir à la constitution des lots pour que les enfants aient un peu de tout à tout instant : un puzzle, un jeu de société, un jeu d’imitation (dînette, poupées, établi…), un jeu d’imagination…

Bien sûr, n’hésitez pas non plus à laisser un jeu favori en permanence, en particulier les jeux qui nécessitent de s’étaler un peu et qui sont difficiles à ranger dans un placard : un coin à poupées, une station Lego ou Playmobil bien conçue, un grand garage…

Adapter la fréquence de rotation aux enfants.

Petite rotation des jouets très fréquente pour un tout-petitAvec les plus petits, il vaut mieux ne laisser que très peu de jeux sortis, mais les faire tourner plus souvent (tous les jours, tous les deux jours…), tandis qu’avec les plus grands, vous pouvez envisager une rotation à la semaine voire toutes les deux semaines.

Mais vous aurez sans doute besoin de tester avec vos enfants ce qui fonctionne le mieux, quitte à être un peu plus souple au début pour trouver la durée idéale.

Attention aux pièges qui peuvent ruiner votre rotation des jouets !

Plusieurs petites choses auxquelles on ne prête pas forcément attention au début et qui peuvent réduire tous vos efforts à néant :

    • On peut faire preuve de souplesse si les enfants réclament un jeu spécifique qui n’est pas prévu pour la semaine en cours, en leur demandant de “rendre” un autre jeu en échange. Mais à force de multiplier ce genre d’échanges, les lots se retrouvent complètement déséquilibrés, ce qui est vraiment dommage, et les enfants risquent de se rabattre sans arrêt sur quelques jouets plutôt que de redécouvrir tous les jeux un peu oubliés qu’ils ont dans leurs étagères.
      Personnellement, je vous recommande d’être un peu plus rigide au début et de ne permettre les échanges qu’au bout de plusieurs mois et avec des enfants un peu plus grands (7-8 ans par exemple).
    • Il est important que toute la famille soit au courant du fonctionnement et de la façon dont sont rangés les lots. J’avais commis l’erreur de ne pas expliquer mon système en détail à mon mari et un jour où il a très gentiment voulu faire lui-même la rotation des jouets, il a complètement mélangé les lots que j’avais mis des heures à constituer…
  • Faites une liste des jouets contenus dans chaque lot : en cas de mini-catastrophe comme celle ci-dessus, vous pourrez alors revenir rapidement à la situation initiale et réorganiser tous vos lots, plutôt que de vous retrouver découragée pendant plusieurs mois à l’idée de devoir tout recommencer à partir de zéro (croyez-moi, c’est du vécu !)

Mais malgré ces grands principes, vous êtes peut-être encore un peu hésitante sur la façon de procéder, ou découragée par l’ampleur de la tâche. Si c’est le cas, sachez que vous pouvez rejoindre notre merveilleuse communauté de stagiaires dans la formation en ligne Aménager sa maison Montessori : la formation est découpée en 10 grandes vidéos (plus quelques vidéos annexes), chacune abordant une zone de la maison (la cuisine, la salle de bain, le lit au sol, la tour d’observation, le rangement des vêtements… et, bien entendu, la rotation des jouets !).

Livret d'accompagnement Aménager sa maison Montessori

Vous êtes guidée pas à pas, avec un livret d’accompagnement qui comprend toutes les listes dont vous avez besoin pour mettre en place votre rotation des jouets sans vous perdre, petit à petit, même si vous n’avez qu’une demi-heure par-ci ou par-là à y consacrer, par exemple lorsque les enfants font la sieste ou dorment le soir.

Et comme l’accès à la formation est à vie, vous pouvez vous y replonger aussi souvent que vous le voulez, et aborder un espace tranquillement à la fois.

En tout cas, j’espère que vous l’aurez compris, le bazar dans la chambre de votre ou de vos enfants n’est plus une fatalité ! Vous pouvez considérablement leur simplifier la tâche en divisant le nombre de jouets accessibles à un moment donné par 4 ou 6. Croyez-moi, chaque fois que nous avons mis en place ce système (car si vous avez bien lu la dernière partie, vous avez dû comprendre que nous nous y sommes repris à plusieurs fois…), nous avons vu la différence !

Et j’espère qu’avec ces quelques conseils, vous ne reproduirez pas les erreurs que nous avons commises, et que vous trouverez du premier coup LA bonne solution pour votre famille !

Avez-vous déjà mis en place la rotation des jouets chez vous ? Est-ce quelque chose que vous envisagez ?

Aménager sa Maison Montessori : je veux en savoir plus ➡️

Ne restez plus toute seule !

945x945





  • Des ressources Montessori gratuites
  • Une communauté soudée
  • Soyez prévenue de toutes les nouvelles ressources et les nouvelles formations par mail
Je suis comme vous : je déteste le spam et jamais je ne vendrai vos données personnelles à qui que ce soit. Powered by ConvertKit
Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *